Quel WMS choisir pour piloter les entrepôts automatisés ?

Le WMS joue un rôle central dans la planification, l’exécution et le suivi des opérations logistiques. Au sein des entrepôts automatisés, il coordonne les tâches affectées aux robots, à la mécanisation et aux opérateurs, et doit pouvoir dialoguer en temps réel avec d’autres systèmes tels que le Warehouse Control System (WCS) et le Warehouse Execution System (WES). Quelles sont les caractéristiques clés d’un logiciel de gestion d’entrepôt (WMS) capable de piloter les processus logistiques dans les entrepôts mécanisés ou robotisés ?

Interopérabilité du WMS avec les systèmes mécanisés et les robots

Le WMS doit pouvoir s’interfacer facilement avec les différents robots et systèmes mécanisés pour assurer une coordination en temps réel des différentes opérations logistiques affectées aux machines et aux opérateurs : réception, stockage, déplacement des produits dans l’entrepôt, préparation des commandes, emballage, acheminement des palettes ou colis vers les quais de transport, réalisation d’inventaires, etc.

Cela suppose que le logiciel de gestion d’entrepôt soit doté en standard de connecteurs (API, data streaming, etc.) pour faciliter l’intégration et la communication avec les systèmes automatisés en direct, avec le WCS ou le WES quand ces derniers se chargent de la coordination et de l’optimisation en temps réel des tâches et des ressources.

Capacité du WMS à déléguer certains processus

Dans un entrepôt automatisé, le WMS doit être capable de supporter facilement la délégation de processus à un autre système, WCS ou WES, selon deux modes :

  • Boite noire : la mécanisation ou le robot reçoit les ordres du WMS mais reste autonome pour les exécuter (gestion des emplacements de stock, déplacement des produits, picking…). Par exemple, le WMS décide la zone de stockage d’un produit mais c’est le WCS qui dirige le robot pour effectuer le déplacement et choisit l’emplacement final dans la zone indiquée par le WMS. Ou encore, le WMS donne l’ordre au WES ou au WCS de préparer une commande. Ce dernier se charge de sélectionner les marchandises et unités de manutention les plus pertinentes dans le stock qu’il gère, en prenant en compte les informations de traçabilité.
  • Boite blanche : la mécanisation ou le robot est dans ce cas considéré comme un opérateur et les consignes sont plus directives. Les emplacements et le stock sont gérés par le WMS. Ce dernier indique avec précision les emplacements finaux de stockage ainsi que les marchandises à prélever dans le cadre d’une préparation.

Dans tous les cas, si le WMS reste le chef d’orchestre pour piloter les différentes opérations logistiques au sein d’un entrepôt, il est indispensable, vu les chevauchements de fonctionnalités entre le WMS, WCS et WES , d’établir de manière claire les rôles et responsabilités des différents systèmes.

Orchestration en temps réel des robots… et des opérateurs

Par ailleurs, le rôle du WMS dans les entrepôts est de planifier et d’allouer les ressources (machines et opérateurs), en tenant compte des commandes à traiter en priorité et des contraintes opérationnelles (disponibilité des équipements, cut-off transport, emplacements et mouvements de stock…).

Cela suppose une capacité de surveillance en temps réel des opérations logistiques pour pouvoir réaffecter des tâches en cas de problème : changement dans les priorités de traitement de commandes pour respecter les délais de livraison, retard pris dans les préparations de commandes, goulot d’étranglement dans un flux de travail, pannes d’un équipement, etc.

Entrepôt automatisé : l’indispensable flexibilité et scalabilité du WMS

Dans les entrepôts logistiques mécanisés ou robotisés, la flexibilité et la scalabilité du logiciel de gestion d’entrepôt sont cruciales pour s’adapter efficacement aux fluctuations de l’activité et intégrer de nouvelles innovations technologiques. Les WMS en cloud sont particulièrement bien adaptés pour répondre à ces besoins. Ils sont conçus pour s’adapter à l’augmentation des volumes d’activité sans perte de performance. Les ressources (comme la puissance de calcul et l’espace de stockage) peuvent être ajustées dynamiquement en fonction des besoins. En outre, ils disposent d’API qui facilitent l’intégration avec de nouveaux équipements et technologies.

KPI logistiques et optimisation en continu de l’entrepôt automatisé

Enfin, dans un entrepôt automatisé, tout comme dans un site logistique « classique », le WMS doit être en mesure de fournir des indicateurs clés de performance et de suggérer des axes d’amélioration continue. Ces informations peuvent être utilisées pour optimiser la disposition de l’entrepôt, réorganiser les processus de travail répartis entre les machines et les opérateurs, améliorer l’utilisation des équipements, etc.

Notre logiciel Reflex WMS comprend toutes les fonctionnalités nécessaires pour piloter les entrepôts automatisés. Il est utilisé dans de nombreux entrepôts mécanisés ou robotisés, tels que ceux de La Redoute, bioMérieux (Exotec), 4murs (AutoStore) ou bol.com.