3PL
E-commerce

Logistique : les différentes méthodes de préparation de commandes

La préparation de commandes est une activité critique dans les entrepôts logistiques (et les points de vente) pour gagner en productivité, réduire ou optimiser les déplacements des opérateurs, et livrer les clients dans les délais. Il existe différentes méthodes de collecte des articles, qui ont chacune leurs avantages et inconvénients. Le choix dépend de nombreux facteurs, tels que le type de commandes (mono-ligne, multilignes, urgentes…), les caractéristiques des produits à manipuler, le volume de commandes, les délais de livraison promis aux clients, la superficie de l’entrepôt, etc.

Les différents modes de préparation de commandes

  • Préparation à la commande (préparation unitaire) : cette méthode consiste à prélever chaque article individuellement pour chaque commande.
  • Picking multi-commandes (batch picking) : les opérateurs préparent plusieurs commandes simultanément. Le prélèvement est organisé en fonction de la similarité des références (SKU) à préparer dans différentes commandes. Les articles sont ramassés ensemble (par lots), réduisant ainsi les déplacements, puis acheminés vers une zone où ils sont triés pour être affectés aux différentes commandes à expédier.
  • Picking par zone (zone picking) : l’entrepôt est divisé en zones, les préparateurs sont responsables de la collecte des articles dans la zone qui leur est assignée. Cette segmentation permet de regrouper les articles qui sont souvent commandés ensemble ou qui sont similaires en termes de taille, de poids ou d’autres caractéristiques. Une fois que tous les articles de la commande ont été collectés dans leur zone respective, ils sont ensuite acheminés vers une zone de consolidation où ils sont regroupés et vérifiés pour s’assurer que la commande est complète.
  • Picking par vague (wave picking) : avec cette méthode de picking, plusieurs commandes sont traitées en même temps. Elles sont regroupées selon un ou plusieurs critères (type de transporteur, délais d’expédition, type et dimension des produits…). Ces groupes de commandes forment des « vagues ».
  • Waveless picking (ou waveless fulfillment) : au lieu de regrouper les commandes par vagues et de les lancer à des moments précis, la préparation de commandes sans vague s’appuie sur un système d’allocation dynamique des tâches en fonction des commandes reçues au fil de la journée. Cette méthode est particulièrement adaptée pour le e-commerce afin d’honorer la promesse client en termes de délai de livraison.

Préparation de commandes : les cas particuliers

  • Cross-docking : les produits sont directement transférés de la zone de réception à la zone d’expédition. Il peut y avoir des étapes de reconditionnement ou de regroupement, mais l’objectif est de minimiser le temps de manipulation et de stockage.
  • Dropshipping : la commande est transmise directement au fournisseur qui s’occupe de la préparation de commande et de son expédition, sans que le vendeur ne gère physiquement le produit.
  • Préparation de kits (kitting) : cette méthode consiste à regrouper différents articles, pièces ou composants individuels ensemble pour former un kit prêt à être expédié en tant qu’unité unique.
  • Copacking : plusieurs produits individuels sont regroupés, assemblés ou conditionnés ensemble dans un seul emballage final selon les besoins des clients ou les promotions en cours.
  • Préparation de commandes dans le magasin (store picking) : dans les points de vente physiques, les opérateurs préparent les commandes avec les stocks présents dans les rayons et la réserve des magasins.

Préparations automatisées et semi-automatisées

Les préparations de commandes peuvent être effectuées manuellement par les opérateurs logistiques ou à l’aide de systèmes automatisés ou semi-automatisés, tels que :

  • Prélèvement dirigé par la voix (voice picking ou picking vocal) : cette méthode repose sur l’utilisation de la technologie vocale pour guider les opérateurs tout au long du processus de prélèvement des marchandises dans l’entrepôt.
  • Systèmes de convoyage : les convoyeurs transportent les produits vers les préparateurs.
  • Trieurs : ils permettent de saisir, de déplacer et de placer les produits ou les colis dans les différents emplacements de tri en fonction de leur destination.
  • Pick-to-light (prélèvement dirigé par la lumière) : des lumières guident les préparateurs vers les emplacements des articles.
  • Carrousels horizontaux et verticaux : systèmes de stockage rotatifs, qui tournent sur un axe horizontal ou vertical, et qui amènent automatiquement les articles à l’opérateur. Les carrousels permettent de stocker un grand nombre d’articles dans un espace réduit, ce qui peut permettre de libérer de l’espace pour d’autres activités.
  • Systèmes de stockage et de récupération automatisés (AS/RS) : des machines automatisent le stockage et la récupération des articles.
  • Robots de prélèvement : des robots sont programmés pour se déplacer et collecter les articles dans l’entrepôt.

Avec les systèmes « goods-to-man », les articles sont acheminés automatiquement vers les préparateurs de commandes. Tandis qu’avec les systèmes « man-to-goods », les opérateurs se déplacent à travers l’entrepôt pour récupérer les articles.

La combinaison de différentes méthodes peut s’envisager pour limiter les déplacements des opérateurs, gagner en efficacité, optimiser les espaces de stockage, réduire les risques d’erreurs de préparation, etc. Quelle que soit la méthode retenue, c’est le logiciel de gestion d’entrepôt qui orchestre les préparations de commande, voire détermine la stratégie de préparation la plus adaptée. Avant de choisir un WMS, assurez-vous qu’il est bien en capacité de supporter tous vos processus cibles !